Technique pratiquée par certains metteurs en scène célèbres (notamment Pommerat), l’écriture de plateau est une technique basée sur le travail de jeu. Outre le fait que cela aide considérablement l’auteur, la technique recèle un intérêt majeur (objet de cet article). Mais tout d’abord : qu’est-ce que l’écriture de plateau?

Entre approche dramatique et « trucs du métier », l’écriture de plateau porte bien son nom. Littéralement, on pourrait la définir par : « c’est écrire au bord du plateau ». Autrement dit, retranscrire ce qu’on voit des comédiens.

Techniquement, comment cela se passe?

La première étape, la plus importante, est une création de personnages. Dans un atelier théâtre ou avec des comédiens amateurs, celle-ci doit idéalement se faire par les comédiens eux-mêmes en fonction de leurs envies. Ainsi, on obtient des traits plus ou moins brefs de personnages :

« Je veux jouer une méchante. Une fille déçue de l’amour, cruelle, qui aime faire souffrir. Pleine de sentiment fort. »

« J’aimerais un rôle de séducteur. »

« Je me vois bien avec un truc très exagéré, lyrique, à la Robert Lamoureux, avec plein de cynisme et en même temps beaucoup de comique. »

Cette étape, surtout importante dans une construction très dramatique, peut éventuellement être remplacée par une recherche d’un thème (cf. « Thématique et mind mapping« ) qui donnera lieu à des situations.

Dans les deux cas, la suite de l’écriture de plateau exige un passage par… le plateau! Logique, mais pas forcément des plus faciles. Passer par le plateau, cela demande une grande implication de la part des comédiens. Ceux-ci vont devoir se mettre en jeu, en improvisation, se rencontrer, et imaginer des situations.

Le metteur en scène – dramaturge, pendant ce temps, prend des notes (ou mieux : il filme). Note de phrases intéressantes, de phrases fortes, de moments d’émotion, de situations intéressantes ou à éviter, etc. Puis, à tête plus reposée, et selon la direction qu’a pris le projet, il peut soit décider de réécrire un texte (ce qui a été fait pour la maquette de ce projet), soit de laisser le texte que les comédiens ont imaginé en impro, de sélectionner les scènes à garder, etc.

Je parlais plus haut d’un avantage. Je maintiens. L’écriture de plateau est une technique impliquante, très impliquante lorsqu’elle est bien utilisée. Donc, dans un travail avec des jeunes, cela entraîne presque automatiquement une prise de position plus forte que de leur présenter un texte tout fait.

Et après, rien n’empêche de rendre tout cela très littéraire, par la réécriture.